Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Bavardage’ Category

Des nouvelles ?

Ca fait un an environ que je n’ai pas touché ce blog. Il faut dire que la 5eme à été difficile pour ma fille. Des profs avec qui elle n’a pas d’affinité, des crises de spasmophilie, une grosse fatigue générale due à la croissance. Donc j’ai poussé, tiré toute l’année pour qu’elle ne perde pas pied. Avec une moyenne qui tournait autours des 8…..

J’étais à bout d’arguments.

 

Un jour, devant la maison, notre chat tombe en arrêt devant un lapin bélier tout apeuré. Nous l’avons vite recueilli, nourri, et les enfants sont partis à la recherche du propriétaire. Quel bonheur pour moi, ils l’ont retrouvé 2 maisons plus loin. Mais un vrai déchirement pour ma fille.

Si bien que j’ai passé un deal avec elle : elle remontait sa moyenne générale au-dessus de 10, elle avait un lapin. Pas de cris s’il vous plait : on a déjà des animaux, on les soigne bien, on n’est pas du genre à les abandonner pour partir en vacances!

Et la, croyez moi si vous le voulez, à la fin de l’année, elle avait 11,8 de moyenne. Du coup, nous avons contacté une association de sauvetage de lapin (si, si ça existe) et on a adopté Caramel qui attendait un maitre en famille d’accueil.

Le soucis, c’est que l’argument ne fonctionnera pas 2 ans de suite : je ne veux pas prendre d’autre animal, je connais mes limites 😉

Publicités

Read Full Post »

Ma fille avait une biographie à faire sur Courteline en français. Ce devoir devait être rendu sur une fiche cartonnée de 12 X 20 cm. Après la course aux fournitures encore toute fraiche dans ma mémoire (épaisseur des classeur, taille des anneaux imposés), et le poids de son sac que moi, adulte, j’ai eu du mal a soulever hier, j’ai eu une pensée envieuse pour les écoliers canadiens.

 

Les profs aiment ils tant que ça les piles bien faites qu’ils exigent que leurs élèves aient tous les mêmes fournitures ? Noooon il doit y avoir une autre raison. Mais franchement je ne l’ai pas trouvé. Pour moi, l’essentiel est que l’élève ait une leçon qu’il soit capable de relire à la maison, afin de garder la trace de ce qui a été appris en cours. Que ce soit sur un petit cahier, sur un grand cahier, sur une feuille de classeur qu’il rangerait correctement, il devrait pouvoir choisir le support avec lequel il est le plus à l’aise, lui. Puisque c’est lui, élève qui s’en sert.

 

Pour en revenir à ma fichecartonnéede12par20cm, ma collégienne en a gaché quelques unes avant d’y arriver. Elle pestait, ne trouvait pas ses repères, n’était pas à l’aise avec ce format, qui l’obligeait à changer fortement la taille de son écriture. Et moi, je me suis sentie frustrée : mince pas de carte heuristique aujourd’hui.

Read Full Post »

Enfin les vacances

Les vacances des collégiens sont enfin arrivées. Je peux souffler, me poser et me reposer. Ce sera bientôt mon tour.

 

A vrai dire, mon ado dans le collège de secteur est en vacances depuis un certain temps. Plus de devoirs un bon mois avant la fin officielle des cours, les livres rendus, le conseil de classe passé… bref profs comme élèves ont renoncé à travailler. Deux jours officiels sans classe pour libérer les profs et les salles pour le passage du brevet. Bravement, le lundi, retour au collège, et la, surprise : à 10 heures, ado nous téléphone. Se serait bien que son père vienne le chercher, comme il est le seul élève de sa classe à être présent, les profs n’assurent pas les cours. J’halucine !!!! Ou sont les autres élèves ? Ayant déjà rencontré les parents aux diverses réunions, j’ai du mal à croire qu’ils soient partis en vacances. Reste l’hypothèse la plus probable : ils ne viennent plus au collège, et préfèrent rester chez eux. Avec l’aval des parents ? Mais bon sang, ce n’est pas optionnel le collège.

 

Pour ce qui est de ma fille, pas de temps mort ou presque. Les deux jours de passage de brevet, les profs se sont arrangés pour permuter des cours en fonction de leurs disponibilités. De ce fait elle a eu cours jusqu’au bout. Elle a même été jusqu’à me faire une « bonne blague » en se faisant coller 7 heures le dernier jour….. La tradition du collège veut que le dernier jour, les profs ramassent les cahiers de liaison et mettent des heures de colles fictives pour des motifs amusants. Elle a adoré voir ma tête avant que je ne sache qu’il s’agissait d’une blague.

 

J’ai envie de profiter de ce temps calme pour faire le bilan de cette année, et me projeter dans la suivante, sereinement.

Read Full Post »

Un peu de secourisme ?

C’est un sujet que me tient à coeur. Je sais que les attributions de l’école sont vastes, et que parfois elle a un rôle d’éducateur qui ne devrait pas lui être dévolu. Néanmoins, des notions de secourisme pour tous les élèves en feraient des personnes responsables et acteurs, et permettrait de sauver des vies.

Je parle en connaissance de cause, puisque à l’époque ou je cherchais comment me former à titre personnel, j’ai eu la chance de me voir proposer d’être sauveteur secouriste du travail. Et bien, je peux vous assurer que depuis lors, sans travailler le moins du monde dans un endroit à risque, ni même dans une entreprise industrielle, j’ai du intervenir plusieurs fois.

Bon, fini de digresser. Mon fils, en 5ème, a eu la chance d’avoir 2 matinées d’approche du secourisme. On dirait que ce cours l’a fortement intéressé : sans qu’il ait prit de notes ni ait eu de support résumant les informations données, il m’a raconté tout ce qu’il avait apris, chose qu’il ne fait jamais.

Pour qu’il puisse s’en souvenir, je lui ai fait une carte heuristique, à partir de ce qu’il m’a expliqué.

Read Full Post »

Parfois le travail le suffit pas. C’est une évidence, mais il est utile à ce moment de se poser et d’essayer de comprendre les causes de l’échec.

 

Mon ado devait apprendre une leçon sur la reproduction. Comme à chaque fois, je prends son cahier pour reprendre avec lui le cours. Et là, de suite il me dit «  je n’aime pas cette leçon » Tient, je ne suis pas vraiment étonnée : un garçon de 13 ans en pleine poussée hormonale, plutot pudique, parler ouvertement de la reproduction des êtres humains …. Il s’avère que les autres élèves ricannent pendant la leçon (réaction classique du gamin embarassé) et que lui n’est pas à l’aise pour en parler dans le cadre de l’école.

« Ce n’est pas grave, on va revoir ça ensemble à la maison » Et la il me répond : « Ben non, tu es ma mamam » Euh oui, tu avais remarqué ? Sauf que la reproduction c’est au programme, donc tu dois l’apprendre, et moi ça ne me gène pas plus d’en parler que de t’entendre renifler plutot que de te moucher quand tu as le nez qui coule, gamin ! C’est la nature.

 

Bref, pour ne pas le bloquer, je retape le cours toute seule. Comme il y a des shémas qui impliquent de nombreux mots nouveaux à apprendre, je simplifie le texte. Par exemple je n’utilise pas les termes « caractères sexuels secondaires «  mais changements du corps.

 

Il relit, me dit qu’il comprend. Je lui demande d’apprendre la leçon de telle manière qu’il connaisse bien les shémas et puisse répondre aux questions que son père va lui poser sur le cours.

 

Première tentative, ratée, il n’a pas assez retenu. Son père laisse passer la demi-journée. Il revoit la fiche, et à la deuxième tentative il peut répondre aux questions. Quand on cache les légendes, il est capable de les remettre en place.

 

Hier soir, retour du control : 2,5 / 20 et un mot salé de la prof. Qui nous demande de prendre 5 mn chaque soir pour controler les devoirs de notre fils et l’état de son matériel. Oui, j’ai écrit en rouge, comme elle. J’ai abrégé, il y en a une demi page sur le carnet de laison. On a d’abord vu rouge à cause du jugement de la dame.

 

Puis je me suis demandé pourquoi il avait à ce point raté un control alors qu’il savait sa leçon ?

 

  • le sujet en lui même : peut être, mais avec son père il n’avait plus de soucis de pudeur, et la il était face à une feuille de papier, objet on ne peut plus neutre.

 

  • le manque de mémoire : c’est une des caractéristiques de son handicap. Ce matin j’en ai discuté avec la psy qui le suit. On se demande s’il il ne s’est pas auto-persuadé qu’il n’arrivera pas à dépasser cet obstacle. Il faut que je lui donne un coup de pied aux fesses pour qu’il ne se cache pas derrière ça et qu’il continue de progresser.

 

  • le stress de l’interrogation : mouais. La bonne blague. Option rejetée d’office.

 

  • les différences de termes entre ma fiche et le cours : ça, c’est tout à fait plausible. Il devait remplir un tableau intitulé « caractères sexuels secondaires ». Il ne l’a pas rempli du tout. Je pense qu’il n’a pas fait le rapprochement entre les mots « changements du corps » que j’avais employé et ceux la. Zut de zut.

 

 

Si je retiens les 2 possibilités que sont le soucis de mémoire et les différences de termes entre mes fiches et les cours, que puis-je faire ?

 

La mémoire se travaille sur le long terme, et la confiance en lui joue. OK, nous parents pouvont agir.

 

Les mots que j’emploie et qui sont différents ? Bien sur que je peux les limiter. Mais il faut que l’objectif soit clair pour nous. Est-ce avoir une bonne note au control ? Ou est-ce comprendre en profondeur la leçon ? La question reste en suspend.

Read Full Post »

Oui, mais si cette réponse est classique à 5 ans, à 13 elle est plus problématique. Alors parfois, je tente une approche sur les possibilités de métier futur. Comme il aime bien aider à servir quand nous recevons des amis, il a tenté un « serveur », assez vite oublié quand j’ai insisté sur les horaires. On est une marmotte ou on ne l’est pas…

Ensuite sa soeur lui a suggéré « mécanicien auto » et il n’en démords plus.

Le travail qu’il fera, peut m’importe, pourvu qu’il l’ai choisi, vraiment choisi en toute conscience. Et qu’il lui plaise. J’aimerais donc ammener mon ado à réfléchir aux possibilités qui s’offrent à lui. La difficulté est que pour les filières courtes, il faut choisir tellement jeune, sans avoir réellement d’idée sur ce qu’est le monde du travail.

Aux vacances de Noël, je lui avais proposé d’interroger des adultes de notre entourage sur leur métier. « n’importe quoi, c’est débile comme truc, je ferai jamais ça » J’ai donc mis mon idée de coté quelques semaines. Puis pendant les vacances de février, nous nous sommes assis pour travailler. Une feuille blanche, le mot métier entouré au centre. Et un objectif : « Que faut il savoir pour choisir son métier? »

Au fil de notre raisonnement, est venu naturellement la question suivante : «  ou trouver les informations dont nous avons besoin? »

Spontanément, mon fils qui est habitué à chercher à cité :

  • internet (il est bien de son époque)
  • les livres
  • les profs ( je lui parlerai ultérieurement des conseillers d’orientation)
  • pole emploi
  • visiter une entreprise
  • demander à quelqu’un qui fait le métier.

Et bien voilà, il suffisait que ça vienne de lui. Nous allons donc rédiger un questionnaire pour « demander à quelqu’un qui fait le métier » des informations sur son job.

Voici un carte heuristique sur les métiers:

Read Full Post »

Ce soir, nous avons eu un mot dans le carnet de liaison de notre fils. Ce mot nous priait de vérifier ses devoirs et son matériel chaque jour, car il arrive souvent sans crayon ou en ne trouvant plus les exercices faits à la maison. Pour mémoire, il est en 5ème….

Une fois de plus je suis passée par tous les stades :

– mais il ne fera donc jamais rien comme il faut (et oui, ce genre de sentiment existe, il n’y a pas  à en être fière, mais il ne faut pas l’occulter non plus)

– décidément ses profs nous prennent vraiment pour des parents démissionnaires. Depuis le temps que j’essaye d’expliquer comment nous travaillons ensemble, ils n’ont rien compris, c’est décourageant.

– bon je mange ma pizza ça ira mieux après.

Il a eu droit au discours responsabilisant, qui n’aura que peut d’effet à terme, puisque s’il pouvait être un élève ordinaire il en serait ravi. Sauf que je me refuse de faire son sac. L’aider pour ses dysficultés, oui. Faire à sa place, non.

Solution trouvée : papier crayon et visualisation.

Il a écrit tout ce qui doit être fait le soir après les devoirs pour arriver en cours prêt à travailler. En effet, ce qui est évident (compris de façon intuitive) pour un enfant lambda doit être appris et maintes fois répété pour être assimilé quand on est dysphasique et dysssss et dysss

Voici donc sa check list :

check list

Je vais la plastifier et l’afficher sur le réfrigérateur.

Read Full Post »

Older Posts »